J'vis toujours des soirées parisiennes

Publié le par Louise Lazzy

             
              Dans les soirées, il y a toujours un mec qui revient d’un séjour en Inde et qui a compris le sens de la vie, il s’est converti au bouddhisme en quinze jours, il a un mala tout neuf autour du poignet qu’il caresse d’un air inspiré, il boit du jus de goyave et t’écoute avec un air méprisant raconter tes histoires futiles de sale petite bourgeoise, il est bien au-dessus de ça après son voyage, toute cette misère, toute cette richesse spirituelle, toutes ces routes pas goudronnées, tu vois quoi. Il terminera la nuit avec la bourgeoise complexée (voir ci-après).

            Il y a aussi la fille qui parle très très fort. Elle n’a pas de copines parce que bizarrement, elle ne s’entend pas avec les filles, d’ailleurs elle est arrivée avec sa cour de copains et rigole très bruyamment à leurs blagues tellement elle respire la joie de vivre. Elle trouvera toujours que faire un strip-poker c’est trop cool, jouer au caps c’est génial, faire des paris à la con et se retrouver les nichons à l’air dans la neige c’est trop l’éclate. Elle finira par s’endormir dans sa voiture à une heure du matin après avoir vomi sur son siège arrière.

            Et puis il y a l’ex-beau du lycée, la mèche savamment rebelle et le pantalon qui tombe bien comme il faut sur son joli boxer noir. Il squatte le coin cuisine avec sa bande de copains moins beaux que lui, fait semblant de boire beaucoup d’alcool parce que ça fait classe et continue désespérément à donner dans la drague agressive dès qu’une fille s’approche du frigo, même si ça ne marche pas sur les plus de dix-huit ans et demi. Il terminera la nuit tout seul, la bourgeoise complexée s’étant barrée avec l’apprenti bouddhiste.

            Il y a le gros faussement rigolo, qui se trouve tellement moche qu’il a renoncé à draguer qui que ce soit. Il passe la soirée à éviter soigneusement le buffet dès fois qu’on croie qu’il est boulimique. Il ne boit pas de peur de dire une connerie à une fille, ou au contraire il boit comme un trou parce qu’il n’a rien à perdre, et finit par s’endormir dans son vomi sous la véranda. Bref il passe une soirée de merde, et finira seul à moins qu’une fille moins conne que les autres se rende compte qu’il est infiniment drôle, diablement fin et terriblement sexy avec son bide et ses poils.

            Il y a la bourgeoise complexée (oui, enfin !), elle est belle, intelligente et maladroite, elle n’a jamais fait de soirées de jdeuns de sa vie et ne sait pas quoi faire de son gobelet en plastique. Elle tente en vain de s’intégrer aux conversations alentours mais n’a jamais la bonne réplique au bon moment. Elle finira par boire plus que de raison et se fera coincer par l’apprenti shiva qui lui expliquera que son mode de vie c’est de la merde, viens donc chez moi j’habite chez des potes (so sweet). L’étreinte dans le canapé cradingue sera aussi intense que brève, et la jeune fille jurera, mais un peu tard, de ne plus jamais aller à ce genre de soirée.

            Et puis il y a tous les autres.

  Et puis il y a moi, qui boit beaucoup d’alcool, rigole très fort, danse comme une possédée sur des musiques honteuses, raconte des histoires monstrueuses à base de maîtresse suisse SM et de remplissage de rectum avec du caca, et se jette sur son amoureux en geignant : « tu m’aiiiiiiiiiimes ? » Voilà hein. C’était juste pour dire qu’on est toujours le con d’un autre. N’empêche que moi, celui qui trouve que je suis conne, et bin je lui pète la gueule.

Publié dans Mille morceaux

Commenter cet article

Jean-Bath 11/04/2006 14:26

Quelle vergogne de laisser s'exprimer autant de vulgarité gratuite sur un  blog.
 
J_Bath

Julien 10/04/2006 11:27

Il y a aussi, et cela rejoint un peu le mec qui revient du séjour en Inde, celui qui a eu un accident de voiture à cause de l'alcool. Il veut partager son expérience avec tout le monde, pour éviter que ça arrive à quelqu'un d'autre. Il est prêt à ramener tout le monde d'ailleurs. Il ne manque pas de dire à qui veut l'entendre (ou ne veut pas d'ailleurs, peu importe), que cet accident lui a fait voir la vie différemment, que d'être passé si près de la mort lui a ouvert les yeux, etc.En général, il rentrera seul, au volant de sa nouvelle voiture. Avec 1.2 dans le sang. Mais c'est pas pareil, le jour de son accident il avait 2.3, alors là, il a conscience de ses faiblesses et ne prendra pas de risques. Et de toute façon il emmerde tout le monde, parce qu'il fait ce qu'il veut...

Marion 08/04/2006 19:50

Je trouve ça tout à fait sain de danser sur la musclada ou la compagnie créole ( ou encore les Forbans mais ça mérite réflexion ) ainsi que d'avoir des pulsions affectives après avoir passé un concours rappelant les meilleurs moments de Question pour un champion. Et puis un con scatophile est-il vraiment un con ?  

Li-Tchi 08/04/2006 15:37

Vous m'avez l'ai bougrement intelligente et extremement drole seriez vous une déesse?si c'est le cas je me convertis de suite à votre religion !ps:je suis une jeune femme qui adore vouvoyer les gens,ça fait con mais m'en fou !

Milky 08/04/2006 11:51

Ah ben voilà, la fille qui parle très très fort, c'est mon Ingrid Chauvin, tout craché !